Malthusianisme économique

Malthusianisme économique

On qualifie de malthusianisme économique les doctrines qui prônent, pour des raisons diverses, la restriction volontaire de la production.

L’expression fait référence au malthusianisme, dans son sens démographique, c’est-à-dire les politiques de contrôle de la natalité.

Toutefois, Malthus avait lui-même développé des formes de malthusianisme économique en préconisant de limiter la production pour permettre l’augmentation des prix.

Aujourd’hui le malthusianisme économique est avancé par certains comme une réponse à certaines préoccupations mondiales aussi diverses que la dégradation des termes de l’échange, le respect de la nature, l’utilisation responsable des ressources non-renouvelables.

Le malthusianisme est une politique prônant la restriction démographique, inspirée par les travaux de l’économiste britannique Thomas Malthus (1766–1834). Le terme est utilisé pour la première fois par Pierre-Joseph Proudhon en 1849.

À l’origine doctrine hostile à l’accroissement de la population d’un territoire ou d’un État, et préconisant la restriction volontaire de la natalité, le mot « malthusianisme » désigne aussi par extension toute attitude réservée devant la vie et le développement

Contextes

Le malthusianisme est issu de la pensée de Thomas Malthus craignant les effets dévastateurs du développement libre, supposé exponentiel, de la population humaine.

À la fin du XIXe siècle avec le néomalthusianisme, dont Paul Robin et Octave Mirbeau sont, en France, les représentants les plus connus. À l’analyse de Malthus, les néo-malthusiens, d’inspiration libertaire, et soucieux avant tout du bien-être des larges masses, ajoutent leur refus horrifié de produire massivement de la chair à canon pour les guerres à venir et leur proclamation du droit à l’avortement, afin de permettre aux enfants désirés de vivre dans les meilleures conditions matérielles, intellectuelles et affectives.

Le « modèle malthusien » de formation du revenu minimal des économistes classiques n’a rien à voir avec le « comportement malthusien », restriction volontaire, non seulement de procréation, mais aussi de production. Alfred Sauvy, grand pourfendeur de ce comportement, admet que le nom de Malthus « désigne un état d’esprit doctrinal plus que l’homme qui a porté ce nom. » Pour Malthus, seule la procréation des familles peu sûres de pouvoir nourrir leurs enfants devait être restreinte, et ceci par une chasteté volontaire fort éloignée des méthodes anticonceptionnelles et antinatales qui seront pourtant désignées ultérieurement comme néo-malthusiennes.

Recherches scientifiques

Les préoccupations écologiques renouvellent aujourd’hui la problématique malthusienne. Ainsi, certains, comme le commandant Jacques-Yves Cousteau, voient dans l’excessive population humaine le principal obstacle à la sauvegarde des espèces animales et végétales. Ian McHargdécrit la recherche de John B. Calhoun et Jack Christian mais il ne donne pas la référence bibliographique.

John B. Calhoun découvre par hasard que le stress causé par la densité serait la principale cause d’incidence de maladies infectieuses chez les bœufs musqués sauvages. Ce qu’ils confirment dans ces expériences avec des rats, dans le zoo de Philadelphie. Ils identifient les maladies de tension qui affectent les capacités reproductives et provoquent les maladies du cœur et des reins. Les comportements sociaux dégénèrent alors, les mâles dominants attrapent des maladies physiques, les mâles fouisseurs les remplacent et deviennent hypersexuels, tandis que les cataniques présentent une pathologie mentale extrême.

McHarg cite encore Paul Leyhausen « Près de cinq ans dans un camp de prisonniers m’ont appris que les sociétés humaines surpeuplées reflètent dans le moindre détail les symptômes des communautés de loups, chats, chèvres, souris, rats, lapins et que toutes les différences sont liées aux particularités des espèces; les aspects fondamentaux de l’interaction et de l’organisation sociale sont en principe identiques et il y a une véritable homologie entre l’Homme et l’Animal à travers toute l’espèce de vertébrés »

Dans les dernières années de sa vie, l’anthropologue et ethnologue français Claude Lévi-Strauss rappelle le problème que soulève la surpopulation humaine : « Ce que je constate : ce sont les ravages actuels ; c’est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu’elles soient végétales ou animales ; et le fait que du fait même de sa densité actuelle, l’espèce humaine vit sous une sorte de régime d’empoisonnement interne — si je puis dire — et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n’est pas un monde que j’aime. »

Des chercheurs ont aussi établi que l’île de Pâques est un parfait exemple de démographie non contrôlée. Dans un espace insulaire limité, leurs habitants d’origine ont tout simplement fini par déboiser toute l’ile (habitations, feu, etc.), ce qui a conduit à une perte de la faune, de la flore et donc de la nourriture. L’histoire raconte qu’il n’y avait même plus assez de bois pour construire des embarcations pour tous les habitants, et que cela se solda par des batailles sanglantes.

Critiques à travers des recherches dans des pays en voie de développement

Ester Boserup a vigoureusement contredit Malthus en mettant en évidence les effets positifs de la croissance de la population sur la production agricole[4]. Selon ses recherches, la croissance de la population conduit les pays en développement à adapter leurs techniques agraires. La croissance de la population pousse à quitter une agriculture itinérante avec des friches de plusieurs années pour s’orienter vers une réduction des temps de friche et finalement pour une culture en continu faisant appel aux engrais et à l’irrigation. À travers l’innovation, les populations réunissent les conditions nécessaires pour une croissance supplémentaire. La boucle fermée de Malthus s’est transformée en une spirale progressant vers le haut. Plus l’agriculture est intensive, plus le temps de travail nécessaire est grand, non seulement pour une surface donnée mais aussi pour un gain donné. En conséquence, avec l’emploi de main d’œuvre supplémentaire, une limite est atteinte quand celle-ci ne peut plus être nourrie.

assurance non paiement

Laisser un commentaire